Enseigner la politesse aux enfants Bordeaux Gironde

Dix-sept heures. L’autobus est bondé. Comme d’habitude, des personnes âgées restent debout tandis que de fringants jeunes gens sont confortablement assis. Sauvagerie ordinaire. Mais, pour une fois, les fringants jeunes gens ne sont pas les mieux lotis. Car, au fond du véhicule, une petite fille de 3 ou 4 ans, vautrée sur une banquette, occupe, elle… deux places. Et même trois. Car, cet espace lui semblant sans doute un peu restreint, elle a posé ses pieds – et ses chaussures mouillées – sur le siège d’en face. Sa mère, debout dans l’allée, non seulement ne dit rien, mais la contemple d’un air extasié

Entreprises Locales

(Les données locales ci-après sont fournises par toutlocal.fr.)

Association Graine d'Ecole
05-56-84-99-69
1 avenue Bardanac
Pessac, Gironde
Crèches Les Petits Petons
05-56-36-14-22
12 rue Ferdinand Antoune
Pessac, Gironde
Le Petit Prince
05-56-86-25-55
359 Bis Avenue Thiers
Bordeaux, Gironde
Vivéo Services
08-11-65-01-80
9 rue Condé
Bordeaux, Gironde
Crèche Formanoir
05-56-46-26-66
6 rue 19 Mars 1962
Pessac, Gironde
Maison de la Petite Enfance
05-56-46-29-81
27 avenue Pasteur
Pessac, Gironde
Family Sphère
05-56-05-99-99
28 rue André Pujol
Pessac, Gironde
Générale des Services
05-56-17-78-08
489 Avenue de Lattre de Tassigny
Bordeaux, Gironde
Les Chérubins
08-10-11-10-10
59 rue Vaucouleurs
Bordeaux, Gironde
Halte-Garderie Les Petits Poucets
05-56-45-12-41
Châtaigneraie 4 4 all Cigales
Pessac, Gironde

Contenu fourni par:

L'enfant sacré

La situation est tellement saugrenue, tellement anormale que l’on pourrait s’attendre à des protestations. Curieusement, personne n’intervient. Comme si chacun était frappé de sidération, cloué dans l’impuissance. Un vieux monsieur cependant rompt le silence. Il s’indigne de ce qu’il voit. Mais il n’a pas le temps de finir sa phrase car deux femmes l’interrompent. Et leurs propos méritent que l’on s’y arrête, car ils s’appuient sur un seul argument, de poids : le caractère sacré de l’enfant, les droits (infinis) que ce caractère sacré lui confère et l’obligation qu’ont les adultes de les respecter… s’ils l’aiment.

Brandissant cette bannière, elles s’interpellent bruyamment pour renvoyer le monsieur à son archaïsme et à sa cruauté. « Il n’aime pas les enfants, le monsieur, c’est sûr! S’il les aimait, il comprendrait. Et d’ailleurs, c’est normal qu’il ne les aime pas : il est vieux! » Argument définitif… Parmi les voyageurs, le malaise s’est fait encore plus palpable. Personne n’ose intervenir. L’arrivée au terminus aura des allures de délivrance. 

Un élément essentiel dans la construction de l'enfant

Pourquoi, au moment de parler de la politesse, raconter cette histoire ? Parce qu’elle permet d’en comprendre à la fois le sens et l’importance. Pourquoi en effet aucun voyageur n’a-t-il pu, dans cet autobus, s’opposer au comportement de cette enfant alors que, de toute évidence, personne ne l’approuvait ? De quoi avions-nous peur ? D’une « gamine » de 4 ans ? Pour étonnant que cela puisse paraître, je pense que l’on peut répondre affirmativement à cette question. À condition toutefois de préciser que ce n’est pas l’enfant dans sa réalité qui nous a réduits au silence, mais ce qu’elle représentait.
Cette enfant, par son attitude, incarnait la négation de deux choses essentielles : l’existence de l’autre (des autres) et celle des règles de vie qui, bon an mal an, nous servent habituellement de boussole.

Elle n’occupait pas en effet seulement un siège – ce qui à une heure d’affluence eut été déjà contestable. Elle en occupait trois. Et l’on voyait clairement que, si elle avait pu en occuper cinq, elle l’aurait fait. Elle se posait donc (sans le savoir) en « centre du monde », en maître de tout et de tous. Y avait-il là de quoi tétaniser une assemblée d’adultes ? Oui. Oui, si l’on se rappelle que cette position de toute-puissance absolue, cette volonté d’une vie centrée sur la recherche du seul plaisir est celle du nourrisson au début de sa vie; que nous l’avons donc tous connue. Et que nous avons tous dû (et non sans mal) y renoncer. Pour tenir compte de la réalité et de ses règles, et de ces satanés « autres » dont l’existence nous contraint à ne pas faire seulement ce que nous voulons, quand nous le voulons et comme nous le voulons… Or nous avons, dans cet autobus, assisté à une prise de pouvoir qui, faisant vaciller le temps, nous a ramenés à ce paradis perdu de nos premiers mois : une prise de pouvoir par ce que Freud nomme le « principe de plaisir ». Prise de pouvoir fascinante (cette petite fille, elle, osait ce que nous n’osions plus… quelle force !) tout autant que terrifiante. Car les limites, pour gênantes qu’elles soient, nous protègent, et nous le savons.

Et cette prise de pouvoir s’est imposée à nous avec d’autant plus de force qu’elle était, d’une certaine façon, mise en scène : par la mère, qui non seulement l’autorisait, mais qui, le regard extatique, « présentait », telle une vierge peinte, son enfant à la foule. Et par les deux dames, dont le chœur à deux voix psalmodiait un discours qui légalisait l’attitude de cette enfant. Et la légalisait d’autant plus que ce discours fait aujourd’hui, dans notre société, trop souvent autorité : « Aimer un enfant, c’est lui permettre tout. » Lourde erreur !

Si cette histoire est instructive, c’est qu’elle montre que, loin d’être un ensemble de paroles et de gestes conventionnels et un peu vides, un vernis de surface qu’il faudrait acquérir pour avoir l’air « bien élevé », la politesse est au contraire un élément essentiel de la construction de l’enfant. Parce qu’elle est un moyen (qu’on lui donne) de lutter au quotidien contre le principe de plaisir qui menace à chaque instant de le dominer et de gâcher sa vie. Si la mère de cette petite fille avait tenu, dans cet autobus, sa place de mère, elle lui aurait appris ce que la politesse impose en pareil cas : laisser sa place. Ce faisant, elle lui aurait enseigné l’existence de l’autre, et sa capacité à ressentir et à souffrir (la vieille dame est fatiguée). Et elle l’aurait de plus valorisée en la posant comme une « grande » capable de comprendre et d’agir en conséquence. En ne le faisant pas, elle l’a laissée se complaire dans une animalité momentanément jouissive sans doute, mais à coup sûr destructrice. Si les autres ne sont rien, comment penser que l’on a, soi-même, une valeur et droit au respect ? Comment accepter de rester sur sa chaise à l’école alors que l’on peut voyager couché dans l’autobus ?

Le rapport à la politesse d’un enfant atteste donc toujours non pas de son appartenance à une classe sociale « X » ou « Y », mais de sa compréhension profonde (intellectuelle, mais surtout émotionnelle) de ce qu’est l’autre.

Lire d'autres articles sur le site de Psychologies