La mort de son chien Allier

Il est toujours douloureux de perdre un animal auquel on est très attaché et avec qui on a partagé plusieurs années de complicité. Une comportementaliste nous explique comment faire son deuil.

Entreprises Locales

(Les données locales ci-après sont fournises par toutlocal.fr.)

Jardiland Jardinerie Treyve (SA) Franchisé indép
04-70-20-67-97
9 rue Foulet
Moulins, Allier
Animal Home
04 70 98 13 35
17 rue Jean Jaurès
Vichy, Allier
VillaVerde Les Amarylis (SARL) Franchisé indépendant
04-70-20-99-21
zone artisanale Etoile
Moulins, Allier
Animal Discount
04 70 32 72 24
ccal Carré d'As
Bellerive sur Allier, Allier
Données fournies par:
  

Source : 

Les personnes qui aiment la compagnie des animaux ont un jour été confrontées à la douleur de leur mort. Même si on ne compare pas un animal avec un humain, il est tout à fait normal d’avoir de la peine à se séparer d’un être qui a accompagné notre vie pendant des années. Malgré les jugements des autres et les injonctions à « prendre sur soi », la perte d’un membre de la famille est très douloureuse, et nécessite un vrai travail de deuil.

Chacun fait face comme il peut : certains se précipitent dans la journée pour trouver un autre compagnon, totalement différent ou au contraire, copie conforme du précédent, d’autres jurent qu’ils ne reprendront jamais d’animal, la douleur étant trop insupportable.

Remplacer un chien par un autre ?

Le risque de prendre un chien de remplacement ne doit pas être négligé. Il consiste à adopter un animal physiquement identique au précédent. Il arrive alors qu’on confonde la ressemblance physique avec une similarité de caractère, ce qui est rarement le cas : chaque chien est différent. Le « nouveau » sera souvent comparé à l’absent, et entamera sa relation avec ses propriétaires avec un handicap, surtout si c’est un chiot à éduquer : on se souvient du vieux chien parfaitement obéissant, mais on oublie le travail d’éducation effectué lorsqu’il était jeune pour en faire ce qu’il est devenu. La déception est parfois au rendez vous, et ce n’est pas toujours le fait de l’animal qui se retrouve dans une situation qu’il ne comprend pas, et dont il n’est pas responsable.

On peut aussi vouloir adopter immédiatement un autre chien pour limiter sa peine, comme si cela rendait la perte du défunt moins douloureuse. Malheureusement, on ne remplace pas un être vivant par un autre, la tristesse ne se balaie pas si facilement.

Il n’y a pas de conseil à donner quant au temps qu’il faut prendre ou non avant l’achat d’un autre chien, car la peine de chaque personne est différente. Il faut se sentir prêt à entamer sereinement une nouvelle relation. Pour le bien être de l’animal, et du vôtre. Même si cela ne soulage pas, souvenons nous qu’un chien ne meurt jamais : il est toujours là, dans nos mémoires, et ne peut pas être oublié.

Article écrit par Laurence Bruder Sergent

Comportementaliste

www.comportement-canin.com

VOICI QUELQUES OBJETS SOUVENIR POUR NE PAS LES OUBLIER

Photos issues de la Galerie Photos de Frenchtoutou

Articles Régionaux