La phytothérapie

La phytothérapie est une médecine naturelle très en vogue actuellement. Il en existe de nombreuses utilisations. Lisez cet article pour en savoir plus.


1. Qu’est-ce que la phytothérapie ?

La phytothérapie, c’est en quelques sortes la connaissance et l’utilisation des propriétés thérapeutiques des plantes, et elle consiste à soigner les différents maux à partir de plantes fraîches ou volontairement séchées. Par ailleurs, la phytothérapie est une médecine par les plantes qui est entièrement acceptée par la communauté scientifique, dont l’efficacité est prouvée et dont l’utilisation est en pleine croissance actuellement.

2. Différence entre homéopathie et phytothérapie

La plupart des gens n’arrivent pas à faire la différence entre homéopathie et phytothérapie alors que ce sont deux types de médecines fondamentalement différentes. En effet, l’homéopathie repose sur une technique bien précise qui consiste à administrer une dose hautement diluée sous forme de gélules, de crèmes ou autres formes pharmaceutiques à un sujet. Quant à la phytothérapie, elle consiste à soigner à partir des plantes, une médecine douce basée essentiellement sur les principes actifs des plantes.

3. Les plantes en phytothérapies

Les plantes possèdent des molécules à l’intérieur de leurs organes (racines, fleurs, tiges...) et il est possible selon des techniques chimiques telle que l'extraction ou la distillation, d'isoler les principes actifs que l'on peut incorporer par la suite dans des gélules, des pommades, des crèmes… Les extraits de plantes sont vendus en herboristeries mais on peut également les trouver dans les pharmacies classiques.

Selon l’endroit et les conditions météorologiques où une plante est cultivée, elle peut donner différents résultat dus à ce qu’on appelle l’effet de terroir. Ainsi, de nombreux médicaments pharmaceutiques sont constitués d’extraits de plantes, mais les plantes peuvent aussi être utilisées en infusions, en décoction, en lotions, dans des bains ou encore macérées dans de l’huile. En général, à chaque maladie correspond une plante spécifique ou, dans ceratins cas, une association de plantes.

Quant à la récolte des plantes médicinales, elle ne peut pas se faire n’importe quand et n'importe comment, il faut respecter certaines règles si on veut tirer des plantes un maximum de leurs vertus thérapeutiques. Il est par exemple préférable de faire la récolte le matin pendant une journée sèche, car il est très important qu’il n’y ait aucune humidité au moment de la cueillette. Il faut également veiller à ne choisir que des plantes saines qui ne portent pas de maladies ou de parasites, et vérifier que le sol aux alentours est lui aussi propre et sans pollution.
Tout comme de nombreuses plantes ont des vertus thérapeutiques, d’autres plantes peuvent être toxiques. Il arrive également que seule une partie de la plante présente un danger. Ainsi, l'usage de la phytothérapie peut se révéler très dangereux pour les personnes qui n'ont pas les connaissances nécessaires. Selon la forme sous laquelle elles se trouvent et selon la dose utilisée, la majorité des plantes produisent des résultats différents, que ce soit au niveau des résultats principaux positifs ou au niveau des effets bénéfiques secondaires. Ainsi, la variété des doses et des formes correspond à des indications différentes. Un médecin phytothérapeute doit être capable d’associer les plantes pour une même affection parce qu’elles ont des complémentarités et aussi des effets similaires, ou parce qu’elles sont caractérisés par différentes propriétés mais qui convergent pour donner un même effet global.

4. Phytothérapie et dépression

La phytothérapie peut être une très bonne solution contre les troubles neuropsychologiques tels que l'insomnie, l’anxiété, la dépression ou l’instabilité. Les plantes médicinales autorisées par le législateur ne possèdent pas toute la puissance pharmacologique des médicaments de synthèses tels que les barbituriques ou les anxiolytiques, mais par contre elles n’en possèdent pas les inconvénients tels que la somnolence, l’abrutissement, l’accoutumance ou les troubles de la mémoire.

5. Phytothérapie et surpoids ou obésité

Le traitement de l’obésité ou du surpoids repose en premier lieu sur la modification des habitudes alimentaires du sujet. Mais en complément, la phytothérapie, par l’usage des plantes ou des extraits de plantes, peut également aider à maigrir, à consolider une perte de poids difficilement acquise ou à lutter contre les complications de l'obésité et du surpoids.

6. Phytothérapie et hypercholestérolémie

Dans la majorité des cas, la phytothérapie peut aider à contrôler les désordres métaboliques tels que l’hypercholestérolémie débutante ou moyenne, particulièrement si elle est associée à une diététique appropriée et à une bonne hygiène de vie.

7. Phytothérapie et diabète

Il existe deux types classiques de diabète : le diabète de type 1 dont le traitement relève principalement de l’insuline avec surveillance stricte de l’alimentation, et le diabète de type 2 dont le traitement nécessite un régime hypocalorique-hypoglucidique (amaigrissant), associé à un traitement médicamenteux, mais qui peut également être associé à un traitement par la phytothérapie.

8. Phytothérapies et autres exemples de troubles

Pour lutter contre les insomnies et la nervosité, les produits proposés en phytothérapie reposent notamment sur le principe actif de la Passiflore et de la Valériane.

Pour lutter contre les jambes lourdes, on recommande en phytothérapie le Fragon qui a des vertus veinotoniques, ou l’Hamamélis qui est également efficace contre les problèmes cutanés comme la couperose.

Pour faciliter le transit intestinal ou calmer les problèmes de digestion, rien de tel que le Radis noir et l'Aloès.

Pour aider dans les problèmes de circulation sanguine, on peut associer la Fragon et la Vigne rouge.

Pour calmer les maux de dos, le bambou, qui est un décontractant musculaire, peut être utilisé pour calmer la douleur.

Pour maigrir, garder sa ligne ou éliminer les toxines, la phytothérapie s’appuie entre autres sur l’Orthosiphon, qui est un diurétique, le Guarana qui est un anti-cellulite, le Fucus qui est un coupe faim, mais également sur le thé vert, la papaye ou l’ananas.

Pour lutter contre le mauvais cholestérol, la lécithine de soja est particulièrement efficace.

Pour soigner les hémorroïdes, le marronnier peut être d’une grande aide.

Le Gincko est utilisé pour améliorer la mémoire avec ses effets antioxydants et dilatateur des artères.

Mais il faut se rappeler avant tout que l’automédication peut être dangereuse et qu'il est préférable de demander l’avis d’un médecin, d’un pharmacien ou d’un phytothérapeute avant de faire ses préparations.
Articles Régionaux
- La phytothérapie Ain
- La phytothérapie Aisne
- La phytothérapie Allier
- La phytothérapie Alpes-de-Haute-Provence
- La phytothérapie Alpes-Maritimes
- La phytothérapie Ardèche
- La phytothérapie Ardennes
- La phytothérapie Ariège
- La phytothérapie Aube
- La phytothérapie Aude
- La phytothérapie Aveyron
- La phytothérapie Bas-Rhin
- La phytothérapie Bouches-du-Rhône
- La phytothérapie Calvados
- La phytothérapie Cantal
- La phytothérapie Charente
- La phytothérapie Charente-Maritime
- La phytothérapie Cher
- La phytothérapie Corrèze
- La phytothérapie Corse-du-Sud
- La phytothérapie Côte-d'Or
- La phytothérapie Côtes-d'Armor
- La phytothérapie Creuse
- La phytothérapie Deux-Sèvres
- La phytothérapie Dordogne
- La phytothérapie Doubs
- La phytothérapie Drôme
- La phytothérapie Essone
- La phytothérapie Eure
- La phytothérapie Eure-et-Loir
- La phytothérapie Finistère
- La phytothérapie Gard
- La phytothérapie Gers
- La phytothérapie Gironde
- La phytothérapie Haute-Corse
- La phytothérapie Haute-Garonne
- La phytothérapie Haute-Loire
- La phytothérapie Haute-Marne
- La phytothérapie Hautes-Alpes
- La phytothérapie Haute-Saône
- La phytothérapie Haute-Savoie
- La phytothérapie Hautes-Pyrénées
- La phytothérapie Haute-Vienne
- La phytothérapie Haut-Rhin
- La phytothérapie Hauts-de-Seine
- La phytothérapie Hérault
- La phytothérapie Ille-et-Vilaine
- La phytothérapie Indre
- La phytothérapie Indre-et-Loire
- La phytothérapie Isère
- La phytothérapie Jura
- La phytothérapie Landes
- La phytothérapie Loire
- La phytothérapie Loire-Atlantique
- La phytothérapie Loiret
- La phytothérapie Loir-et-Cher
- La phytothérapie Lot
- La phytothérapie Lot-et-Garonne
- La phytothérapie Lozère
- La phytothérapie Maine-et-Loire
- La phytothérapie Manche
- La phytothérapie Marne
- La phytothérapie Mayenne
- La phytothérapie Meurthe-et-Moselle
- La phytothérapie Meuse
- La phytothérapie Morbihan
- La phytothérapie Moselle
- La phytothérapie Nièvre
- La phytothérapie Nord
- La phytothérapie Oise
- La phytothérapie Orne
- La phytothérapie Paris
- La phytothérapie Pas-de-Calais
- La phytothérapie Puy-de-Dôme
- La phytothérapie Pyrénées-Atlantiques
- La phytothérapie Pyrénées-Orientales
- La phytothérapie Rhône
- La phytothérapie Saône-et-Loire
- La phytothérapie Sarthe
- La phytothérapie Savoie
- La phytothérapie Seine-et-Marne
- La phytothérapie Seine-Maritime
- La phytothérapie Seine-Saint-Denis
- La phytothérapie Somme
- La phytothérapie Tarn
- La phytothérapie Tarn-et-Garonne
- La phytothérapie Territoire de Belfort
- La phytothérapie Val-de-Marne
- La phytothérapie Val-d'Oise
- La phytothérapie Var
- La phytothérapie Vaucluse
- La phytothérapie Vendée
- La phytothérapie Vienne
- La phytothérapie Vosges
- La phytothérapie Yonne
- La phytothérapie Yvelines