L'herpès génital

On parle peu de l'herpès génital mais c'est un virus qui peut être transmis lors de rapports sexuels non protégés et qui peut être très gênant. Voici des informations sur les symptômes et les différents stades de l'herpès.


1. Qu’est-ce que l’herpès génital ?

L’herpès génital fait partie des maladies sexuellement transmissibles (MST) et se manifeste sous forme de vésicules douloureuses qui apparaissent au niveau des organes génitaux. Le virus responsable de l’herpès génital est le VHS, ou virus de l’herpès simplex, le même virus que celui qui est à l’origine de l’herpès labial. Il y a deux types de VHS, selon le cas qui se présente : le type 1 et le type 2. La plupart du temps, c’est le VHS de type 1 qui provoque l’herpès labial, tandis que le VHS de type 2 est à l’origine de l’herpès génital. L’herpès génital se manifeste la plupart du temps par des crises. Ces crises surviennent de façon récurrente, par des poussées de symptômes. Cette maladie est une infection chronique, donc impossible à faire disparaître définitivement. Cependant, de nombreux traitements sont possibles pour diminuer les répétitions des symptômes et pour les soulager.

2. Le taux de prévalence de l’herpès génital

L’herpès génital est une infection qui tend à toucher de plus en plus de gens depuis la fin des années 1970. L’Europe est le continent où l’infection est la moins répandue, comparé à la situation en Amérique du Nord, où 20% des adultes ont déjà été en contact avec le VHS, et ont développé des anticorps contre ce virus. En Afrique, entre 30% et 40% des adultes ont développé des anticorps contre le VHS. Toutefois, la présence des anticorps n’indique pas automatiquement qu’on est infecté par le VHS, car il est possible que le sujet l’ait éliminé bien avant que l’infection n’ait pu se développer.

3. Le mode de transmission de l’herpès génital

Le plus souvent, le VHS est transmis à une personne non infectée par une personne infectée dont les symptômes ne sont pas encore apparus et qui ignore donc qu’elle est porteuse du virus. Comme la plupart des infections sexuellement transmissibles, l’herpès génital se transmet par des rapports sexuels non protégés. Les relations orales ou génitales facilitent la transmission des virus de la bouche à l’organe génital. Ainsi, un individu infecté par le VHS de type 1, autrement dit par l’herpès labial, a de grandes chances de contaminer son partenaire par le virus de l’herpès génital si sa bouche entre en contact avec la zone génitale de celui-ci. Inversement, un individu porteur du VHS de type 2 peut aussi contaminer la bouche de son partenaire par un rapport sexuel oral.

Les cas de transmission par des objets souillés par le contact avec une personne infectée sont extrêmement rares, voir inexistants, étant donné que le virus ne survit pas longtemps en dehors du corps humain. Les objets comme le siège des toilettes, ainsi que les objets personnels de la personne infectée, comme les serviettes de bain ne transmettent pas l’herpès génital. L’herpès peut infecter une même personne à plusieurs endroits de son corps. Les doigts peuvent par exemple transmettre le virus vers la bouche ou les yeux, après un contact au niveau de l’appareil génital infecté. Les principales portes d’entrée du virus de l’herpès sont principalement les muqueuses et les lésions microscopiques.

4. Les différents stades de l’herpès

Après la contamination d’un individu par le virus de l’herpès, il y a quatre stades dans le développement de l’infection. La première phase qui correspond à l’apparition des vésicules douloureuses dans les parties génitales est ce qu’on appelle une première poussée. Ces symptômes font leur première apparition de 2 à 10 jours après la contamination.
La deuxième phase correspond à ce qu’on appelle une période de dormance, pendant laquelle le virus devient inactif au sein du système nerveux, tandis que les symptômes disparaissent. Mais la disparition des symptômes n’indique pas la disparition des virus. Il s’ensuit, dans 60% des cas, une période des récidives qui se manifeste par d’autres crises d’herpès. Ces poussées sont moins fortes que celles du début, et leur fréquence est très variable selon chaque individu. Chez certains, ces poussées récidivent plusieurs fois par an tandis que chez d’autres, elles ne reviennent que quelques fois au cours de toute leur vie. La dernière phase est celle des réactivations silencieuses, lorsque le virus est réactivé, sans provoquer l’apparition des symptômes. Durant cette période, la personne reste toujours contagieuse et peut transmettre le virus à une personne saine par ses fluides corporels, comme la salive, les sécrétions vaginales et le sperme.

5. Les principaux symptômes

Il se manifeste par des douleurs et des démangeaisons dans la zone génitale, l’apparition de petites vésicules transparentes au niveau de cette même zone. Elles peuvent donner des ulcères lorsqu’elles s’ouvrent. Il y a aussi des bosses au niveau de la région de l’aine, et lorsque l’individu urine, l’individu ressent des douleurs lorsque l’urine est en contact avec les plaies. Les symptômes de l’herpès peuvent s’accompagner de fièvre, de sensation de fatigue, de maux de tête mais aussi d’une perte d’appétit durant la première phase de l’infection.

6. Les conséquences de l’herpès génital

Chez une personne bien portante, l’herpès n’a pas de conséquences graves à part les récidives qui deviennent gênantes. Celles qui ont un système immunitaire affaibli par d’autres maladies ont des risques de présenter des symptômes plus graves. L’infection peut se transmettre de la mère à l’enfant, et les conséquences sont assez sérieuses chez les nourrissons qui n’ont pas un système immunitaire assez développé. La transmission du virus ne se fait pas durant la grossesse, car le bébé est protégé par l’utérus de sa mère. C’est au moment de l’accouchement, lors du passage du bébé par les voies génitales que se fait la contamination. Cette contagion peut être évitée, ou en tout cas, il y a diverses précautions qui permettent d’en réduire le risque. Il faut aussi savoir que les personnes qui ont contracté le VHS par des rapports sexuels sont plus exposées au risque d’infection par le virus du sida, le VIH.
Articles Régionaux
- L'herpès génital Ain
- L'herpès génital Aisne
- L'herpès génital Allier
- L'herpès génital Alpes-de-Haute-Provence
- L'herpès génital Alpes-Maritimes
- L'herpès génital Ardèche
- L'herpès génital Ardennes
- L'herpès génital Ariège
- L'herpès génital Aube
- L'herpès génital Aude
- L'herpès génital Aveyron
- L'herpès génital Bas-Rhin
- L'herpès génital Bouches-du-Rhône
- L'herpès génital Calvados
- L'herpès génital Cantal
- L'herpès génital Charente
- L'herpès génital Charente-Maritime
- L'herpès génital Cher
- L'herpès génital Corrèze
- L'herpès génital Corse-du-Sud
- L'herpès génital Côte-d'Or
- L'herpès génital Côtes-d'Armor
- L'herpès génital Creuse
- L'herpès génital Deux-Sèvres
- L'herpès génital Dordogne
- L'herpès génital Doubs
- L'herpès génital Drôme
- L'herpès génital Essone
- L'herpès génital Eure
- L'herpès génital Eure-et-Loir
- L'herpès génital Finistère
- L'herpès génital Gard
- L'herpès génital Gers
- L'herpès génital Gironde
- L'herpès génital Haute-Corse
- L'herpès génital Haute-Garonne
- L'herpès génital Haute-Loire
- L'herpès génital Haute-Marne
- L'herpès génital Hautes-Alpes
- L'herpès génital Haute-Saône
- L'herpès génital Haute-Savoie
- L'herpès génital Hautes-Pyrénées
- L'herpès génital Haute-Vienne
- L'herpès génital Haut-Rhin
- L'herpès génital Hauts-de-Seine
- L'herpès génital Hérault
- L'herpès génital Ille-et-Vilaine
- L'herpès génital Indre
- L'herpès génital Indre-et-Loire
- L'herpès génital Isère
- L'herpès génital Jura
- L'herpès génital Landes
- L'herpès génital Loire
- L'herpès génital Loire-Atlantique
- L'herpès génital Loiret
- L'herpès génital Loir-et-Cher
- L'herpès génital Lot
- L'herpès génital Lot-et-Garonne
- L'herpès génital Lozère
- L'herpès génital Maine-et-Loire
- L'herpès génital Manche
- L'herpès génital Marne
- L'herpès génital Mayenne
- L'herpès génital Meurthe-et-Moselle
- L'herpès génital Meuse
- L'herpès génital Morbihan
- L'herpès génital Moselle
- L'herpès génital Nièvre
- L'herpès génital Nord
- L'herpès génital Oise
- L'herpès génital Orne
- L'herpès génital Paris
- L'herpès génital Pas-de-Calais
- L'herpès génital Puy-de-Dôme
- L'herpès génital Pyrénées-Atlantiques
- L'herpès génital Pyrénées-Orientales
- L'herpès génital Rhône
- L'herpès génital Saône-et-Loire
- L'herpès génital Sarthe
- L'herpès génital Savoie
- L'herpès génital Seine-et-Marne
- L'herpès génital Seine-Maritime
- L'herpès génital Seine-Saint-Denis
- L'herpès génital Somme
- L'herpès génital Tarn
- L'herpès génital Tarn-et-Garonne
- L'herpès génital Territoire de Belfort
- L'herpès génital Val-de-Marne
- L'herpès génital Val-d'Oise
- L'herpès génital Var
- L'herpès génital Vaucluse
- L'herpès génital Vendée
- L'herpès génital Vienne
- L'herpès génital Vosges
- L'herpès génital Yonne
- L'herpès génital Yvelines
Voir Aussi
- Les mycoses
Les mycoses sont des affections de la peau dues à des champignons microscopiques. Il est parfois difficile de s'en débarraser. Vous trouverez plus d'informations dans cet article.
- L’herpès